“The Wayward Regional Transmissions” reviewed by Octopus

Artiste multimédia, touche-à-tout de la création digitale et de l’ouverture acoustique, l’israélien Ran Slavin s’est entouré de ses compatriotes Ahuva Ozeri, joueuse accomplie de bubultarang, sorte de cithare indienne à trois cordes, et Moshe Eliaha, joueur d’oud, pour définir les contours floutés de cet étrange voyage sonore. A la fois épique et évanescent comme une traversée fantômatique du désert rajasthani poussée par les vents, The Wayward Regional Transmissions transporte l’auditeur entre abstractions click’n’cuts et colorations orientales vagabondes sans sacrifier une once de cohérence à l’ensemble du disque. Plus que simplement méditatif, le résultat sonore s’avère étrangement intuitif tant les lignes harmoniques ainsi créées combinent fragmentations digitales et introspections instrumentales avec une profondeur troublante. Un exercice d’équilibriste sur un fil de cyber-sadhu.

Laurent Catala

This entry was posted in Reviews and tagged , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

You must be logged in to post a comment.

  • Tags

  • Categories

  • Archives