“The Wayward Regional Transmissions” reviewed by D-Side

Au fil de ses réalisations, le musicien et vidéaste israélien Ran Slavin n’a de cesse d’explorer la situation complexe de sa région d’origine, écartelée entre deux cultures, deux religions, mais aussi entre désert et plages, entre ville et campagne, entre tradition et modernité. Un monde d’oppositions, pas toujours aussi binaire qu’il paraît, dont Slavin rend compte sur The Wayward Regional Transmissions à travers des titres mêlant étroitement musique traditionelle et glitch numérique, les lamentations au bulbultarang d’Ahuva Ozeri (une star du genre en Israël) se trouvant ainsi imbriquées dans des vagues de crépitements, découpées en minuscules fragments ici ou mises au premier plan ailleurs, comme agrandies, Slavin se concentrant sue un détail, un son de corde qui vient occuper tout l’espace et se répéter de manière obsessionnelle. Au croisement des mondes, par dessus la frontière de l’ignorance et de l’incompréhension, la musique de Ran Slavin prouve, brillamment, que lá création peut et doit s’affranchir des limites ethno-politiques du monde pour définir de nouveaux territoires, plus libres et plus ouverts.

Jean-François Micard

This entry was posted in Reviews and tagged , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

You must be logged in to post a comment.

  • Tags

  • Categories

  • Archives