“Still Important Somekind Not Normally Seen (Always Not Unfinished)” reviewed by Facteur 4

L’excellent label portugais Crònica nous donne encore de ses (bonnes) nouvelles avec ce disque au titre et à la pochette fleuris. Mais attention : de derrière les fleurs peut surgir un monstre ambigu et cauchemardesque, voire une cravate et une sucette…Alors méfiance. Alerte aux sens.

Le trio est une formule qui renvoie peut-être inconsciemment au socle du rock : guitare, basse, batterie. Mais ici, de ces vieilleries il n’est point question. C’est le laptop qui sera l’outil de chacun des trois protagonistes de cet enregistrement. Et que nous donnent à voir cette trinité notoire – si l’australien Pimmon n’est plus à présenter, les deux autres noms islandais nous sont moins familiers : il s’agit de deux des membres de Silluppsteypa, entre autres collaborations et alias – avec ces largesses électro-numériques ? Neuf (trois x trois) morceaux de temps où viennent s’entrechoquer dans un chaos tour à tour fébrile, vaporeux, avide et éloquent, des fantômes de disques durs, des drones hors d’haleine, des rythmiques sèches ou aliénées, des hoquets robotiques, des rugissements numériques, des grésillements magnétiques, des samples ayant perdu la raison,et bien d’autres folies encore.

L’expérimentation électronique axée sur l’entremêlement des manipulations soniques des trois compères est ici la matière d’une performance réalisée en octobre 2002, à la Melkfabriek (Den Bosch). Les neuf épisodes qui la composent résultent de la conversion spontanée des pulsions des artistes – violentes, empathiques, autistiques, mélodiques – en un ensemble de codages audibles et sensitifs, véritable transfuge de nos plus inconscientes pensées : chaque tirade nous renvoie à notre propre rapport au son et à sa perception en tant que pure vibration, en tant que vecteur d’émotion. La complexité de la beauté même qui émane de ce travail ni trop abstrait, ni trop simplet, tend à nous faire revenir périodiquement à l’écoute inépuisable de ce disque à la fois évident et singulier.

Sylvain Gauthier

This entry was posted in Reviews and tagged , , , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

You must be logged in to post a comment.

  • Tags

  • Categories

  • Archives