“strings.lines” reviewed by Goûte Mes Disques

strings.lines
Strings.Lines est quant à elle très certainement l’une des plus grandes Å“uvres du compositeur Canadien. C’est donc avec une certaine logique qu’on la retrouve sur Crónica, l’une des figures de proue mondiale du sound-design et de l’avant-garde électronique. Collectionneur acharné de diapasons acoustiques, Nicolas Bernier en fait l’un des thèmes de Strings.Lines : le musicien a préalablement fait parler ces engins pour obtenir une gamme extrêmement variée de tonalités, allant des plus graves au plus aiguës (parfois même à la limite de la perception humaine). Cet étalage d’ondes sinusoïdales, dont le symbole est une ligne (Lines) , a été agencé dans un concerto à géométrie variable, déjà en lui-même admirable. Puis il y ce travail sur les cordes (Strings). Emmenés par Pierre-Yves Martel et Chris Bartos, la viole de gambe et le violon ont eu pour mission de venir s’intercaler – parfois de manière instinctive, parfois de manière mathématique – dans ce monde fait variations tonales. L’attaque sur les instruments est particulièrement brillante, et donne à ces cordes un rendu cru et extrêmement poignant. Tout ces matériaux (Strings + Lines) a ensuite été réarrangé sous la forme de cinq pièces électro-acoustiques. Le résultat est à tomber raide : à l’image de ce “Line (B)”, Strings.Lines est à la fois lyrique, intime, violent et prenant, le tout dans un fourmillement de détail qui nous permet de découvrir et redécouvrir ce disque à chaque écoute. Un vrai grand classique, qui témoigne de l’habilité de Nicolas Bernier à s’ouvrir à des pans musicaux plus durs, plus contemporains, sans perdre un gramme d’émotion.

via Goûte Mes Disques

This entry was posted in Reviews and tagged , . Bookmark the permalink. Comments are closed, but you can leave a trackback: Trackback URL.
  • Tags

  • Categories

  • Archives