“Geography” reviewed by Déphasage

cronica117-2016_520
Si Vitor Joaquim a un mérite c’est bien celui de conceptualiser ses projets en amont et de les mettre en perspective les uns avec les autres. Après l’élégant “Flow” qui traitait de l’intimité de l’homme et de sa relation avec la machine, puis “Filament” qui questionnait rien de moins que l’infinité de l’espace-temps, voici donc “Geography”. Sorti le 13 septembre dernier, l’album a pour but de relayer les thèses de Jared Diamond, prix Pulitzer en 1998 pour son ouvrage “De l’inégalité parmi les sociétés”, dans lequel est défendue l’idée que le facteur essentiel du niveau de développement des hommes est lié à leur environnement immédiat. Loin d’être une simple théorie des climats essentialisante, la thèse de Diamond met plutôt en avant les ressemblances entre les individus, qui partagent les mêmes déterminants biologiques mais sont plongés dans des contextes géographiques qui varient parfois du tout au tout. Vitor Joaquim vise ainsi à développer un discours sur le monde par le seul langage musical ; si le projet est ambitieux les idées font parfois sens, notamment quand Joaquim noie des sons synthétiques que l’oreille associe pourtant à la nature sous d’autres qui, à peine différents, sont immédiatement perçus comme les produits de technologies humaines. Que la pensée de Diamond se retrouve réellement dans Geography ou qu’elle ne lui serve que de simple source d’inspiration importe peu : l’album construit son harmonie grâce à elle et déploie un univers évolutif et tumultueux permettant au formidable label portugais Cronica de compter une belle sortie de plus à son actif.

via Déphasage

This entry was posted in Reviews and tagged , . Bookmark the permalink. Comments are closed, but you can leave a trackback: Trackback URL.
  • Tags

  • Categories

  • Archives