“Hidden Name” reviewed by Octopus

Grand témoin des passerelles entre la création contemporaine, la musique et le multimédia nées de la révolution numérique, le label Crónica fait son état de l’art. Avec Hidden Name, l’étonnant label-media, comme il aime à se définir, nous livre une de ses cartes blanches proche de la perfection, tant la magie de Stephan Mathieu et Janek Schaefer est opérante.

Faire les choses simplement, livrer le réel en le dévoilant dans ses aspects les plus intimes : l’approche choisie par les deux musiciens que pourtant tout oppose dans la manipulation sonore, est une merveille de calme, de beauté et de volupté pastorale. L’épaisseur et la richesse de la matière sonore est composée de prises de son dans le manoir d’un petit village du sud de l’Angleterre, et de savantes incursions dans le catalogue sonore du York Music Research Center. S’ajoutent interférences radiophoniques, drones, field recordings, mélodies dissimulées, modulations sonores de fins de fréquences et autres bizarreries des ondes arrangées avec des plages d’instruments plus traditionnels (piano, clarinette, violoncelle, flûte, trompette, accordéon, sitar, cloches), qui contribuent à des effets d’orchestration d’une grande délicatesse. Quelques jeux d’enfants et bruissements de pas retentissent également au fur et à mesure que l’air s’engouffre par les fenêtres grandes ouvertes du manoir, la présence de la nature au cœur de l’intimité de la vie des Hommes est chaleureuse, bienveillante. On est bien. L’étendue de Hidden Name dépasse largement les limites de l’enregistrement qui finit perdu dans une discothèque de connaisseur. Il n’y a qu’à fermer les yeux et laisser lentement s’écouler le temps pour en prendre conscience.

Philippe Gimet

This entry was posted in Reviews and tagged , , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

You must be logged in to post a comment.

  • Tags

  • Categories

  • Archives