“Two Novels: Gaze / In the Cochlea” reviewed by D-Side

Au sein de la scène laptop, peu de musiciens explorent avec autant dácuité que la Japonaise Keiko Uenishi, alias O.Blaat, les implications de la mobilité de l’instrument et de son rapport à l’extérieur. Suite directe d’un travail de plusieurs années passées à transformar comptoirs de bar, manteaux, tables de ping-pong et autres sièges en tout genre, lóeuvre pour laptop d’O.Blaat prolonge l’une des obsessions de la musicienne: “devenor invisible”, faire que ce soit les spectateurs que créent la musique et, surtout, qu’ils ne voient pas son rôle das le retraitement des sons. Une démarche qui, à l’ere de la dématérialisation du son et du téléchargement, prend tout son sens, mais qui, jusqu’à présent, avait aussi poussé O.Blaat à ne rien publier du tout. Divisé en deuz parties distinctes, Two Novels: Gaze / In the Cochlea est donc un témoignage essentiel de l’une des figures clés de l’underground new-yorkais, ou èlle officie depuis des années. Dans la première partie, Gaze, O.Blaat collabore avec quelques musiciens partadeant son sens de l’expérimentation, comme Kaffe Matthews, DJ Olive, Aki Onda ou Ikue Mori, por des pièces densifiées par le travail en commun, tandis qu’elle consacre In the Cochlea à une composition en solo pour écoute au casqu, où les vibrations infimes sont fréquemment interrompues par des violentes saillies encore aggravées par la proximité des sons qui explosent littéralement dans le crâne de l’auditeur et y résonnent tandis que, une fois de plus, O.Blaat demeure invisible.

Jean-François Micard

This entry was posted in Reviews and tagged , . Bookmark the permalink. Post a comment or leave a trackback: Trackback URL.

Post a Comment

You must be logged in to post a comment.

  • Tags

  • Categories

  • Archives